Конференция по русским сказкам Татьяны Грибковой

18 мая 2014

Театр Турски, Марсель, зал Лео Ферре

В 2014 году первым культурным мероприятием Ассоциации стала лекция по русским сказкам на французском языке. Эта лекция была проведена 18 мая и открыла цикл мероприятий в рамках проекта нашей ассоциации, ставшей в 2014 году победителем международного Конкурса «Православная инициатива». Лектор в облике русской сказительницы – руководитель проекта и президент ассоциации «Анна Киевская-королева Франции» Татьяна Грибкова. С одной стороны, это мероприятие положило начало реализации проекта Конкурса , с другой стороны, оно завершило марафон лекций о русской сказке по нескольким городам Юга Франции, а также в приходских помещениях при кафедральном Трехсвятительском храме в Париже во время святочных празднеств 2014 года.

Благодаря положительным отзывам об этой лекции и публикациям в региональной прессе, две культурных ассоциации предложили свою помощь в организации этого мероприятия в Марселе. Ассоциация «Друзья Ришара Мартена» предложила бесплатное помещение в зале Лео Ферре Театра Турски, а «Франко-российская ассоциация Перспектива» предложила техническую поддержку лекции и урегулировала юридические вопросы с Госфильмофондом по праву публичного показа мультфильма «ЦАРЬ САЛТАН».

Фотографии с мероприятия | Photos de l’événement

Проведение данной лекции способствует решению двух основных задач проекта ассоциации: напомнить постоянно проживающему на юге Франции русскоязычному населению, отчужденному в силу обстоятельств от культурных российских традиций, об истоках родной культуры и русского фольклора на примере сказки. А с другой стороны, способствовать популяризации русской культуры среди франкоязычного населения через русский народный фольклор. Во время лекции были введены понятия русского народного творчества и выделен жанр сказки, в русской народной манере прочитаны 6 сказок в переводе на французский язык из сборника собирателя сказок 19 века А. Афанасьева, особый акцент был сделан на христианских мотивах в русской сказке и в литературных версиях (на примерах сказки С.Аксакова «Аленький цветочек» и сказок А.Пушкина). По просьбе ассоциации «Друзья Ришара Мартена», предоставившей помещение, после лекции и антракта был показан мультфильм «Царь Салтан». Для более полного и яркого знакомства с русской сказкой во время лекции были использованы иллюстрации русских художников В. Васнецова, М.Врубеля и И.Билибина, отрывки из музыкальных произведений композиторов Н. Римского-Корсакова и И.Стравинского, созданных по мотивам русских сказок , и показаны отрывки из фильмов-сказок А.Роу «Морозко» и «Финист Ясный Сокол» с французскими субтитрами. Большое внимание было уделено оригинальности и многообразию сказочных персонажей, мифологических животных , птиц и волшебных предметов.

Чтобы организаторам было легче проанализировать результаты своей работы, после конференции во время антракта зрителям было предложено заполнить анкеты для обратной связи. Согласно отзывам зрителей в анкетах, были высоко оценены талант рассказчицы, сумевшей погрузить слушателей в старинную атмосферу сказки, структура и разнообразие отобранных для примеров сказок, ясность и педагогический подход в подаче материала, удачный подбор отрывков из фильмов, которые в наше время редко можно увидеть, особенно в Европе.

Публика оценила богатство материала по сказочным персонажам и поблагодарила за возможность узнать этимологию имен всем известных Кащея Бессмертного и Бабы Яги. По окончании мероприятия члены ассоциации «Анна Киевская-королева Франции» проанализаировали анкеты и с удовлетворением отметили положительные отклики публики, а также теплую атмосферу, царившую в зале, и живую реакцию публики на юмор и неожиданные обороты в сказочном сюжете.

Одновременно организаторы обсудили проведение следующей лекции по сказам Урала, запланированной на октябрь. Во время следующей лекции было решено провести в антракте русский буфет, чтобы еще больше сблизить зрителей во время перерыва, и вход на вторую лекцию сделать тоже бесплатным. В рамках общей концепции проекта проведение этой и других лекций положит начало формированию культурного центра в Марселе с акцентом на духовной культуре.

Материалы о лекциях Т. Грибковой в Ницце и Марселе в 2010 году | Documents sur les conférences de Tatiana Gribkova à Nice et à Marseille en 2010

Смотрите также статью на французском языке Ж. Далла Фиор о конференции Т. Грибковой.

L’article de Mme G. Dalla Fior sur la conférence "Les Contes Russes" de T. Gribkova

L’article de Mme Dalla Fior sur la conférence "Les Contes Russes" prend plus d’ampleur que prévu car sous une apparente simplicité Mme Gribkova a su soulever d’énormes problèmes d’analyse et les interactions entre les arts picturaux et musicaux contemporains et ceci n ’est pas propre seulement à la culture russe car il y a passage entre les frontières ce qui fait que ceci nous concerne tout autant même si c’est peut-être d’une autre manière les frontières ce qui fait que ceci nous concerne tout autant même d’une autre manière.

I Introduction

Un cadre ruse pour la présentation le la conférence de Mme Tatiana Gribkova "Les Contes Russes" le 18 mai au théâtre Toursky.

II Enrichissement de la conférence par des lectures, extraits de films, illustrations et écoute d’extraits musicaux

III Les contes sont tirés du recueil d’Afanassiev (1826-1871) :
- " La renarde et le loup"
- " Le fermier avare et le valet rusé"
- " Sur l’ordre du brochet"
- " La Petite Miette"

Ces analyses et lectures ont été enrichies d’un très beau voyage à travers les contes merveilleux : personnages magiques, objets et animaux magiques.

IV Illustrations de contes par trois peintres avantgardistes russes Mikäel Vroubel (1856-1910), Viktor Vasnetsov (1856-1910), Ivan Bilibine (1848-1920).

V Ecoute de fragments musicaux russes qui ont exploités la veine des contes russes et qui occupent une place de premier plan tant dans la musique russe que dans la musique contemporaine occientale :
- Rimsky-Korsakov (1844-1908)
- Igor Stravinsky (1882-1971)

VI "La Petite Fleur Ecarlate" de Serguei Aksakov (1791-1809) e les importants travaux de Propp dans "La Morphologie des contes russes" (1928) issus des travaux des formalistes russes (1914-1930) qui furent découverts en France dans les années 60 et ont donné naissance au structuralisme - nouvel approche des textes littéraires-.

Le formalisme russe a été lié au départ au futurisme russe et a mis l’accent sur l’art et les réalités spirituelles d’où,l’intérêt de l’analyse de "La Petite Fleur Ecarlate" où la bête se meurt d’amour

Nous ne pouvons que féliciter Madame TATIANA GRIBKOVA de sa conférence "Les Contes Russes" du 18 mai au théâtre Toursky à Marseille -d’autant plus qu’elle a choisi de ne pas la dicter derrière une table de conférence pour se mettre en valeur à travers son travail savant face à un public érudit.

Elle parlait de ces contes à un public d’adolescents comme d’adultes dans un décor russe mais sans aucune théâtralité ni ostentation.

Madame Gribkova nous évoquait les contes de son pays dans ce décor russe tout en sachant rester simple.

De plus, cette conférence fut illustrée d’extraits de films, de fragments musicaux, d’illustrations par des peintres russes qui n’ont pu que mettre d’avantage en relief la richesse de ces contes en nous interpellant, en nous les donnant à entendre, à voir, à respirer dans une atmosphère russe qui sut être également chaleureuse et conviviale.

Cette conférence est le fruit d’un long travail que Madame Gribkova poursuit depuis des années avec un sérieux qui n’a d’égal que son acharnement et qui a eu, pour nous au moins, un aboutissement le 23 octobre 2010 sa conférence donnée à la Bibliothèque de l Alcazar "La Petite Fleur Ecarlate" et a fait le sujet d’un article dans la Provence.

Madame Tatiana Gribkova a choisi pour son analyse l’ouvrage de Monsieur Alexandre Afnassiev (1826-1871) qui a recueilli 600 contes russes, ukrainiens, bielorusses. Elle nous a expliqué, raconté et lu différents types de contes d’animaux : "La Renarde et le Loup qui allèrent à la pêche". Ce conte ne peut que nous rappeler les aventures de Maître Renart du Moyen-Age où le loup Ysengrin est féroce et bête et le Renart faible et malin et l’occupation favorite de ce dernier et de ridiculiser et tromper Ysengrin.

Elle nous a fait connaître aussi le conte "Sur l’ordre du Brochet".

Nous avons aussi pu apprécier d’autres contes anecdotiques ou réalistes tel "Le Fermier Avare et le Valet Rusé", thème que l’on peut retrouver dans les pièces de Molière, de Beaumarchais ou de Marivaux où le tout puissant maître est brillant de bêtise et le valet utilise son intelligence pour arriver à manipuler le maître sans que ce dernier s’en rende vraiment compte.

Nous avons écouté aussi le merveilleux conte "La Petite Miette".

Madame Gribkova nous a ensuite emmené à travers les contes merveilleux qui sont les plus nombreux (2/3), personnages féminins, héroïques,objets magiques. Elle nous a montré les illustrations qu’en ont fait trois grands peintres russes : Mikaël Vroubel (1856-1910), Victor Vanetsov (1848-1926), Ivan Bibline (1846-1920).

Ces trois peintres ont su mener leur travail de peintre et d’illustrateur car pour eux finalement l’un n’allait sûrement pas sans l’autre et il faut souligner qu’ils sont tous trois emprunts d’une très grande ferveur religieuse. Ils ont été également décorateur de théâtre et ont été en contact étroit avec la peinture contemporaine de leur époque ce qui leur a permis de proposer une nouvelle approche picturale russe contemporaine.

Nikolaïl Vroubel a étudié aussi à Venise, décoré des cathédrales russes en méditant sur les thèmes du Démon et du Prophète tout en portant un véritable intérêt pour les arts orientaux.

Victor Vanetsov a été en contact avec les peintres classiques contemporains tant académiques qu’impressionnistes à Paris. Il a aussi travaillé à la scène, à la décoration et aux costumes de l’opéra " La Demoiselle des Neiges" de Rimsky-Korsakov.

Ivan Bibline fut également peintre, illustrateur de livres et décorateur de théâtre. Pour l’évocation des paysages illustrant les contes russes, Bibline associe une composante décorative et symbolique indépendante du sujet proprement dit et servant de toile de fond et un autre campant le décor spécifique de l’histoire : cette association caractérise aussi bien le style moderne russe qu’occidental.

Ce rapprochement entre le recueil littéraire de contes russes issus d’une oralité populaire et de recherches picturales qui a su se mettre pour ainsi dire à leur service, nous enseignent qu’il n’a pas étanchéité et encore moins antynomie entre la culture populaire, la littérature et l’art avant-gardiste picturale. Ceci nous montre que toute expression culturelle est pour tous, concerne chaque être humains au-delà des appartenances sociales, traversent les frontières et deviennent le fruit d’échanges culturelles qui a pour nom... l’humanisme
Madame Gribkova nous a fait réentendre Riimsky Korsakov( (1844-1908) dont tout l’art lyrique est imprégné de ces contes russes en nous faisant écouter des fragments musicaux du "Conte d’Automne".

Nous avons pu redécouvrir Igor Stravinsky (1882-1971). Pour ce compositeur l’art est une réalité ontologique, "un ordre défini de la méditation" et il a traduit ceci en prenant pour assise des contes russes dans son opéra "Rossignol et Autres Contes" et a écrit le ballet "L’Oiseau de Feu" que nous avons réécouter et que Maurice Béjart a magnifiquement mis en scène.

Ce même Igor Stravinsky n’ a pas vu d’incompatibilité à écrire l’opéra Oedipus Rex en suivant en latin le texte de Sophocle. Selon ses voeux, il a été enterré à Venise.

Ce n’est donc pas seulement l’art pictural russe qui a su se ressourcer en puisant ses racines dans l’univers des contes russes, la musique aussi à travers ces deux compositeurs qui occupent une place de premier rang non seulement dans la musique russe mais aussi dans la musique contemporaine occidentale du XX°siècle.

Sergueî Aksakov (1791-1859),homme de lettres russe, mémorialiste, critique littéraire, critique de théâtre, écrivain et membre correspondant de l’Académie de Saint-Petersbourg a réécrit le conte de Madame Leprince de Beaumont (XVII°S) tout en s’inspirant des traditions populaires russes et des influences orientales des contes des Milles et Une Nuit.

Ce conte de fées nous apprend que rien ne peut prévoir ce qu’est un être humain aujourd’hui sur ce qu’il sera demain. Un monstre,aigri,destructeur dont tout son environnement (château, nature etc...) est coupé du reste du monde, plongé dans le froid et les ténèbres peut devenir un être merveilleux : un très beau prince et refaire jaillir la lumière qu’il avait éteinte par un miracle d’amour.
Le monstre qui avait tout détruit et tout asservi meurt d’amour.

Il a su aimer et se faire aimer malgré sa monstruosité par la force de son amour pour une simple jeune fille qui n’a demandé à son père de lui ramener de son voyage non pas, comme ses soeurs, un cadeau somptueux,onéreux et prétentieux pour l’exhiber à leur entourage afin de l’épater. Elle a demandé à son père de ne lui ramener presque rien, -une rose rouge, une petite fleur écarlate- et c’est ce désir du presque rien qui va révéler sa grandeur et finalement provoquer l’amour de la bête et sa transfiguration. Le monstre devient capable d’aimer et de mourir d’amour.

Cette leçon a de très longs prolongements humains. Si l’homme est capable de destruction par aveuglement de pouvoirs, de richesses, de fanatisme, il est capable de grandeur dans le presque rien : quelque chose de fragile et impondérable, la beauté d’une fleur et l’amour et ceci refait jaillir la lumière et redonne la vie à un monde de ténèbres.

Cet ouvrage littéraire a su inspirer deux films russes :
- "La Fleur Ecarlate", moyen métrage d’animation (1952) de Lev Akamov
- "La Fleur Ecarlate", film (1977) d’Irina Poulotskaia

Est-il besoin de rappeler qu’Igor Stravinsky a écrit son opéra "Oedipus Rex"
en demandant une adaptation à Jean Cocteau, lequel a filmé "LA Belle et la Bête"(1946).

Cette oralité des contes russes remontant probablement fort loin dans les siècles appartient et ce à une même valeur culturelle puisqu’elle a inspiré la littérature, la peinture, la musique et le cinéma à un très haut niveau tant dans le domaine russe que dans l’art occidentale contemporain

Or ce qu’il y a d’intéressant dans l’analyse de Madame TATIANA GRIBKOVA est qu’elle s’appuie sur les travaux de Vladimir Iakolevitch Propp (1895-1970), critique soviétique dont les études consacrées aux contes populaires eurent une influence considérable tant sur l’ethnographie que sur la narration moderne.

Madame Gribkova fait référence au livre de Propp "Morphologie du Conte", paru à Leningrad en 1928.

Son étude sur l’organisation des structures du conte conduisit Propp, d’une part à distinguer des schémas d’action reposant sur les fonctions attribuées aux personnages (il recensa 31 fonctions différentes, telles que l’éloignement, la réception de l’objet magique, la tromperie etc..) , d’autre part, à établir une typologie des personnages (le héros, la princesse, l’antagoniste etc...). C’est en superposant ces "réseaux" que l’on peut rendre compte de la structure et de la nature particulière d’un conte ; il parvint ainsi à déterminer, dans la plupart des contes étudiés, une organisation binaire des fonctions jouant sur des oppositions de type interdiction-transgression, et une dynamique du récit fondée sur la "réparation". Le Monstre de "La Petite Fleur Ecarlate" devient un être humain merveilleux en mourant d’amour et on peut se demander si l’objet magique qui a permis cette "réparation" ou cette transfiguration n’est pas cette rose rouge, fleur des amoureux, belle et fragile car éphémère et qui dans ce conte permet d’atteindre l’absolu de l’amour et affirme son immortalité.

Or Vladimir Propp n’est pas un critique russe isolé, il appartient au mouvement que l’on a appelé "formalisme russe" qui désigne une école de linguistes et de théoriciens de la littérature qui de 1914 à 1930 révolutionna le domaine de la critique littéraire en lui donnant un cadre et une méthode novatrice. Les formalistes russes étudient en détail la structure des oeuvres, la structure du vers.

Ce mouvement n’ a été découvert que dans les années 60 en France, a bouleversé notre analyse des oeuvres littéraires et artistiques et a donné naissance au structuralisme.

Mais il ne faut pas oublier que le formalisme russe est lié au départ au futurisme russe et a mis l’accent entre l’art et les réalités spirituelles et pour en revenir à "La Petite Fleur Ecarlate" entre l’écriture d’un conte et la réalité de l’amour permettant la transfiguration sur terre de tout être humain, l’affirmation que nul ne peut dire aujourd’hui ce que sera un être humain demain et cette transfiguration se fait par l’intermédiaire d’un objet magique : une simple rose rouge ou autrement dit par le langage qui raconte cette histoire. Par des contes racontés oralement, par des écrivains qui en on fait des oeuvres littéraires, par des peintres avant gardistes qui ont illustrés ces histoires, par des grands compositeurs qui en on fait le sujet de leurs oeuvres, tout ceci nous dit simplement que l’homme traduit sa perception du monde par un objet magique, aussi fragile mais aussi beau qu’une petite fleur écarlate et par que le langage il peut transfigurer le monde car il s’adresse à ses frères humains mais il ne faut pas oublier que le langage est pour tous comme l’art est pour tous qu’il doit passer outre les clivages sociaux et qu’il traverse les frontières. Cet objet magique est vrai et repose sur des structures accessibles à tous et par là même est amour et appel à la fraternité entre chaque être humain. Le langage humain tout fragile qu’il soit est une réalité spirituelle car il est amour et l’amour est si simple.

Tel est le sens de la conférence de Madame Tatiana Gribkova quand elle nous a parlé si simplement et si chaleureusement des contes russes dans un cadre russe sans faire transparaître à aucun moment l’immense labeur qu’elle a dû fournir, l’utilisation de savoirs culturels immenses pour nous conclure tout simplement que "La Petite Fleur Ecarlate" était un appel à la fraternité entre les peuples.

A la fin de la conférence nous avons pu regarder avec ravissement un dessin animé d’après un conte de Pouchkine "La Légende du Tsar Saltan"

Nous ne pouvons donc que remercier Madame Gribkova en nous emmenant en voyage dans l’univers des contes russes d’avoir su nous dire simplement que l’homme est être merveilleux car il a un objet magique : la parole et qu’il faut savoir se parler pour que l’amour soit simple

Or ce qu’il y a d’intéressant dans l’analyse de Madame TATIANA GRIBKOVA est qu’elle s’appuie sur les travaux de Vladimir Iakolevitch Propp (1895-1970), critique soviétique dont les études consacrées aux contes populaires eurent une influence considérable tant sur l’ethnographie que sur la narration moderne.

Madame Gribkova fait référence au livre de Propp "Morphologie du Conte", paru à Leningrad en 1928.

Son étude sur l’organisation des structures du conte conduisit Propp, d’une part à distinguer des schémas d’action reposant sur les fonctions attribuées aux personnages (il recensa 31 fonctions différentes, telles que l’éloignement, la réception de l’objet magique, la tromperie etc..) , d’autre part, à établir une typologie des personnages (le héros, la princesse, l’antagoniste etc...). C’est en superposant ces "réseaux" que l’on peut rendre compte de la structure et de la nature particulière d’un conte ; il parvint ainsi à déterminer, dans la plupart des contes étudiés, une organisation binaire des fonctions jouant sur des oppositions de type interdiction-transgression, et une dynamique du récit fondée sur la "réparation".Le Monstre de"La Petite Fleur Ecarlate" devient un être humain merveilleux en mourant d’amour et on peut se demander si l’objet magique qui a permis cette "réparation" ou cette transfiguration n’est pas cette rose rouge, fleur des amoureux, belle et fragile car éphémère et qui dans ce conte permet d’atteindre l’absolu de l’amour et affirme son immortalité.

Or Vladimir Propp n’est pas un critique russe isolé, il appartient au mouvement que l’on a appelé "formalisme russe" qui désigne une école de linguistes et de théoriciens de la littérature qui de 1914 à 1930 révolutionna le domaine de la critique littéraire en lui donnant un cadre et une méthode novatrice. Les formalistes russes étudient en détail la structure des oeuvres, la structure du vers.

Ce mouvement n’ a été découvert que dans les années 60 en France, a bouleversé notre analyse des oeuvres littéraires et artistiques et a donné naissance au structuralisme.

Mais il ne faut pas oublier que le formalisme russe est lié au départ au futurisme russe et a mis l’accent entre l’art et les réalités spirituelles et pour en revenir à "La Petite Fleur Ecarlate" entre l’écriture d’un conte et la réalité de l’amour permettant la transfiguration sur terre de tout être humain, l’affirmation que nul ne peut dire aujourd’hui ce que sera un être humain demain et cette transfiguration se fait par l’intermédiaire d’un objet magique : une simple rose rouge ou autrement dit par le langage qui raconte cette histoire. Par des contes racontés oralement, par des écrivains qui en on fait des oeuvres littéraires, par des peintres avant gardistes qui ont illustrés ces histoires, par des grands compositeurs qui en on fait le sujet de leurs oeuvres, tout ceci nous dit simplement que l’homme traduit sa perception du monde par un objet magique, aussi fragile mais aussi beau qu’une petite fleur écarlate et par que le langage il peut transfigurer le monde car il s’adresse à ses frères humains mais il ne faut pas oublier que le langage est pour tous comme l’art est pour tous qu’il doit passer outre les clivages sociaux et qu’il traverse les frontières. Cet objet magique est vrai et repose sur des structures accessibles à tous et par là même est amour et appel à la fraternité entre chaque être humain. Le langage humain tout fragile qu’il soit est une réalité spirituelle car il est amour et l’amour est si simple.

Tel est le sens de la conférence de Madame Tatiana Gribkova quand elle nous a parlé si simplement et si chaleureusement des contes russes dans un cadre russe sans faire transparaître à aucun moment l’immense labeur qu’elle a dû fournir, l’utilisation de savoirs culturels immenses pour nous conclure tout simplement que "La Petite Fleur Ecarlate" était un appel à la fraternité entre les peuples.

A la fin de la conférence nous avons pu regarder avec ravissement un dessin animé d’après un conte de Pouchkine "La Légende du Tsar Saltan"

Nous ne pouvons donc que remercier Madame Gribkova en nous emmenant en voyage dans l’univers des contes russes d’avoir su nous dire simplement que l’homme est être merveilleux car il a un objet magique : la parole et qu’il faut savoir se parler pour que l’amour soit simple.

A la fin de sa conférence, Madame Gribkova nous a invité à regarder un film d’animation russe "La Légende du Tsar Saltran" d’Ivan Ivanov Vano d’après le poème éponyme de Pouchkine (1799-1837).

Il ne faut pas manquer de rappeler que ce poème-conte a fourni le sujet d’un opéra fantastique de Rimsky-Korsakov. La musique a été composée pour le centième anniversaire du poète. L’opéra fut représentée pour la première fois à Moscou le 3 novembre 1900 avec les décors du peintre... Andrei Vroubel. L’oeuvre est restée célèbre grâce à l’interlude orchestral du III Acte "Le Vol du Bourdon".
Dans les années 50 -et c’est le cas dans ce film-, le cinéma d’animation utilise la rotoscopie. Il s’agit d’une technique qui consiste à relever image par image les contours d’une figure filmée en prise de vue directe pour transcrire la forme et les actions dans un film d’animation. Ce procédé permet de reproduire avec réalisme le dynamisme des sujets filmés.

Le dynamisme traduit dans ce film aussi bien la vie humaine que la vie animale ou celle de la nature. Ce film adapte le poème de Pouchkine en affirmant que le principe de la vie est le mouvement ce que le cinéma peut faire tout en nous proposant sa lecture de Pouchkine dont il reprend mot par mot le poème.

Il y a un grand réalisme dans le traitement des personnages qui s’opposent ou se concilient : les "bons" (Gédéon et sa mère), les méchants (les soeurs) et les personnages "communs" ( le tsar et sa cour ou les habitants de la ville).
Les bons sont beaux, leurs mouvements sont calmes, posés et leur allure traduit
traduit leur noblesse et aussi leur tristesse face aux épreuves qu’ils doivent surmonter (Gédéon veut se faire accepter par son père et revenir au palais du tsar avec sa mère). Ils se meuvent dans un espace qu’ils maîtrisent avec grâce. Les méchants sont laids, peints avec des traits grotesques ( un nez difforme par ex). Oscillant entre eux se trouvent les personnages de la vie ordinaires. Ils sont très caractérisés physiquement et leur allure traduit une certaine naîveté pouvant aller jus qu’à une certaine bêtise. Ils ne savent pas comment se situer exactement dans ce palais et c’est Gédéon et sa mère en se faisant accepter par le tsar qui va permettre que ce monde grouillant de vie trouve sa véritable place dans le palais ou dans la ville du tsar qui va apprendre a à régner avec justice et discerner le vrai du faux.

La vie animale est aussi traduite de manière vivante mais est aussi magique avec l’écureuil qui danse, le bourdon qui punit et le cygne qui exauce les demandes de Gédéon et lui permet de retrouver son père et se redevient une magnifique princesse qu’épouse Gédéon. Ce monde animal nous fait sourire car l’écureuil séduit une foule naïve, le bourdon pique les vilaines soeurs et sème le désordre dans la cour. Ses actions nous font sourire car le châtiment est faible et le désordre si grand ! Quant au cygne, il fait appel à notre imaginaire par sa beauté, sa grâce, son calme et la tristesse de son regard. Il est entièrement dévoué à Gédéon. Ce cygne est une princesse victime d’un sort et c’est son amour qi va permettre à Gédéon de retrouver son père, de lui ramener sa mère, de prendre sa place dans une société humaine remise en ordre. C’est cet amour qui permet de rompre le sort dont était victime la princesse.
Quant à la nature, elle ne peut que nous faire rêver quand nous voyons le mouvement des vagues de la mer. C’est sur elle qu’apparaît le cygne et c’est elle que traverse Gédéon pour revenir dans le palais de son père. Le mouvement des vagues de la mer est comme un écho aux vers de Pouchkine par son ampleur et
sa bouffée d’air frais. Le tsar s’est servi de la mer en l’utilisant pour punir mais par la magie du vers et du cinéma la parole permet que la vérité soit rétablie et que tout s’arrange.

Or le cinéaste n’utilise pas que rotoscopie pour traduire le dynamisme de l’histoire du tsar, il a pris un soin extrême dans les décors où se meuvent les personnages qui fait de son film une véritable peinture filmée.L’architecture des palais avec ses dômes byzantins, celle des maisons est des plus intéressante. Les intérieurs sont très décorés. Les murs sont peints de motifs foraux, animaliers, de dragons, d’icônes. Les sols sont peints ou décorés de riches tapis orientaux et tout ceci renvoie aux lourds vêtements des personnages qui sont brodés et très colorée. Les objets abondent et dénotent une certaine splendeur orientale par leurs formes, leurs couleurs et leurs matériaux. Ce décor inscrit cette histoire dans un passé légendaire car moyenâgeux (donc la magie est possible !). Ce décor n’est pas sans rappeler celui employé par Einsentein dans Ivan Le Terrible. Mais c’est seulement par l’usage d’une parole vraie c’est à dire magique donc artistique que ce monde humain peut devenir un véritable paradis terrestre où l’amour règne. Lev Atamov a utilisé les mêmes procédés dans " La Petite Fleur Ecarlate" ou " La Reine des Neiges".

J’espère que cette analyse saura vous plaire et complétera mon article compte-rendu sur votre conférence.
Je demeure à votre entière disposition
Bien à vous

G DALLA FIOR

Conclusion

Comme dans les contes russes et "La Petite Fleur Ecarlate" tout être humain même monstrueux ou seulement imparfait peut être soumis à une transfiguration et cette transfiguration repose sur peu de chose, ici l’amour, et c’est ce peu de chose qui fait la grandeur de l’être humain. C’est la raison pour laquelle peintres et compositeurs avant-gardistes se sont ressourcés dans les contes russes et ont acquis un rôle très important dans l’art contemporain.
Notre XX° a commis par les guerres internes ou externes les pires horreurs.
"La Petite Fleur Ecarlate", les contes russes, et l’art en général qui a su y puiser son souffle ne appelle-t-il pas à revenir à ce peu de chose qui fait la grandeur de l’homme et qui se nomme Amour et fait appel à la solidarité et la fraternité entre tous les peuples.

Geneviève Dulac Dalla Fior

Наверх


Мы в Facebook:



Наши контакты:

06.21.22.91.09, 06.51.87.47.67